Du végétarisme au végétalisme, en passant par le flexitarisme…

Pour info : Cet article n’a pas pour but de convaincre (chacun fait comme il veut), mais simplement d’expliquer le pourquoi du comment du contenu de ce blog, et pourquoi je reste ouverte à tout régime alimentaire malgré les convictions

Let’s start by the beginning

En Septembre 2013, j’ai choisi de réduire ma consommation de viande et de poisson, pour diverses raisons : bien-être animal, mauvaise qualité, impacts écologiques,… (je ne voudrais pas vous noyer sous ce genre de raisons non plus, mais si vous voulez en savoir plus, faites le moi savoir 🙂 ). Je voulais éviter de manger des protéines animales d’une provenance inconnue, et avais décidé de n’en manger que lorsque celles-ci en vaudraient la peine : bonne qualité, provenance respectable, associées à l’envie d’en manger bien sûr (en gros, au resto et chez mes parents).

N’ayant jamais été une grande fan de viande, cette diminution s’est avérée être un arrêt de consommation : après un mois de self étudiant, lorsque ma mère m’a proposé un bon morceau du boucher, je n’en ai pas eu envie (donc pas la peine de gâcher). Ceci a été mon premier véritable « non » face à la consommation de viande : Je suis donc devenue végétarienne.

Une fois lancée dans les grandes réflexions sur la provenance de nos aliments, j’en ai également profité pour ralentir ma consommation de laitage : le lien filière viande/filière lait étant très fort, ça ne me paraissait pas logique de critiquer l’un tout en consommant les produits de l’autre. Et puis,  les élevages intensifs sont très présents en filière laitière, je ne vous apprends rien (enfin j’espère).

J’avoue que c’était un peu facile pour moi : je ne consommais plus de lait depuis longtemps, je mangeais peu de yaourts, et par contre beaucoup de fromage (je suis fan !). Après avoir découvert les yaourts au soja, qui ont complètement remplacé les desserts traditionnels dans mes repas, les fromages sont les seuls produits laitiers qu’il m’arrivait de manger (chez des amis ou de la famille), mais je n’en achetais pas lors de mes courses personnelles.

Remarque : je n’ai jamais arrêté de manger des œufs. Pourquoi ? Et bien parce que je ne mange que ceux provenant de la maison familiale, qui sont généreusement donnés par des petites poules gambadant dans leur parc et mourant de vieillesse. En fait, je considère que tant que l’animal n’est pas blessé, ou maltraité, prendre un œuf de temps à autre ne fait pas de mal. Une fois de plus, ce sont mes convictions, et cela ne tient qu’à moi.

Et en 2015…

Gros coup de fatigue, je commence à psychoter sur les carences alimentaires et demande à mon médecin de faire une prise de sang. Frôlant l’anémie, celui-ci me conseille (quoique c’était presque un ordre) de remanger du poisson, ce que j’ai bêtement fait. Je dis bêtement, parce qu’à chaque fois que je me suis retrouvée avec un morceau d’animal marin dans mon assiette, je suis retrouvée en désaccord complet avec mes convictions profondes, ce qui m’a entraînée dans de grandes remises en questions.

J’ai donc consommé de manière occasionnelle du poisson (au restaurant, chez des amis, de temps en temps le week-end), et ai suivi cette voie pendant environ 6 mois avant de me rendre compte que mon coup de fatigue n’avait rien à voir avec mon régime alimentaire, mais était dû au stress de mes études : si j’avais été anémiée, ou que mon taux de fer posait un problème pour mon corps, alors je ne serai pas capable de courir 40 min sans entrainement…

Et puis, lasse de ne pas être en accord avec moi-même, et surtout me rendant compte que ceci ne changeait rien à rien (il n’y a pas vraiment de fer dans le poisson, on en trouve surtout dans la viande rouge, mais ça ce n’était pas la peine d’y penser), je suis revenue vers un régime quasi-végétalien en 2016 (je ne consommait des produits laitiers que lors de mes voyages et chez des amis, en me disant que je ne voulais pas déranger).

Enfin bref, tout ça pour dire que j’ai donc fini par adopter un régime végétalien, que je transgresse de temps en temps pour manger des œufs.

Pourquoi je vous raconte ça ?

Premièrement, pour ne pas culpabiliser les gens ! Et oui, même si ça peut paraître surfait, grand nombre d’omnivores, et même de végétariens, se vexent et se braquent quand on parle végétalisme, ce qui parfois peut-être dû à une forme de culpabilité croyant que ça a été facile pour le végétalien qui paraissent soudainement venir leur donner une leçon.

Ensuite, parce que passer à un régime végétalien m’a appris à concevoir les repas d’une façon différente : je ne vois plus les légumes et les féculents comme des accompagnements, mais comme des portions du plat à part entière, avec tout ce qu’ils nous apportent. C’est une vision de l’assiette qui me plait, mais que je sais aussi difficile à adopter pour les végéta*iens débutants ou pour les gens voulant simplement intégrer quelques repas végé à leur alimentation.

Et enfin, parce qu’après tous ces changements dans mon alimentation, je me suis beaucoup renseignée quant à la construction d’un régime alimentaire végétalien équilibré, et que malgré ma « rechute » en 2015 (dû à une fatigue qui au final n’avait rien à voir avec mon régime alimentaire), je suis désormais bien dans ma tête et dans mon corps, et c’est un sentiment que je souhaite vous aider à obtenir.

Ainsi au sein de ce blog, je vais partager avec vous quelques recettes, quelques idées de repas, soit rapides soit plus élaborés (enfin faut pas exagéré quand même), et qu’aux vues de mon régime, ces plats seront majoritairement vegans, mais parfois végétariens. 

Pour plus de simplicité dans la lecture et la recherche de repas qui vous conviennent, je tâcherai de marquer les recettes et idées qui contiennent des œufs, afin que ceux qui n’en mangent pas ne se retrouvent pas « piégés » (mais il n’y en aura pas beaucoup, j’apprécie moi-même le fait de savoir s’en passer et d’en manger le moins possible).

Le réel but de ce blog est surtout de montrer que réduire sa consommation de viandes, poissons et de produits animaliers est facile (beaucoup plus qu’on ne le croit), et de vous aider à vous informer sur le sujet. J’espère donc que ces quelques idées vous permettront au moins d’incorporer quelques repas végétaliens à votre quotidien, quelque soit votre régime alimentaire de base, et au mieux, de vous faciliter votre transition vers un régime dénué de souffrance.

Bon, assez parlé de moi : Y a t-il des vegans parmi vous ? Des végétariens ? Ou juste des gens faisant attention à leur consommation de viande et autres ?

A bientôt,

L.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s